Marocaine (Pied)

Ce traitement policier est de surcroît appuyé par des unités d'exception : depuis 2008, des Unités territoriales de quartiers (UTeQ) - bientôt remplacées par les «Brigades spéciales de terrain» (BST) - s'installent dans les « quartiers sensibles », ou ZUS, zones où « comme les étrangers, les immigrés sont surreprésentés11 ». Ces traitements spéciaux tournent à l'acharnement quand on sait «la prévalence apparente du contrôle au faciès pratiqué par les forces de gendarmerie en France (ainsi que par la douane) » et le fait que « les jeunes Noirs et Arabes, surtout ceux qui sont habillés de manière distinctive, sont massivement surreprésentés dans les personnes visées par les contrôles de police12 ».

L'auteur de l'article ferait principalement d'apprendre la définition du mot arabe” avant de nous boire de ses préjugés qui sont ces derniers racistes” car à trop vouloir verser dans l'antiracisme on en devient ségrégationniste soi-même comme le démontre ce texte. L'arabité n'a strictement rien à regarder la couleur de peau en particulier ou les caractéristiques physiques en général. Allez consulter le travail des savants si vous voulez savoir ce qu'est un arabe. Je suis outré par votre ignorance car ce n'est pas la première jour que vous tenez des propos de ce genre. Dans un de vos éditoriaux ACN et la misère dans les villes” vous teniez les propos suivants : 19 regardez maintenant ce h. Le hall est plein. Énormément de jeunes gens typés : des Arabes, des Noirs”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *